Dénoncer les agressions sexuelles ça ne se fait pas sans vous!

Vous avez été victime d'une agression sexuelle?
Être victime d’une agression sexuelle est l’une des épreuves les plus difficiles qu’une personne peut traverser… Malgré cela, il est possible de retrouver énergie et mieux-être! Pendant cette période de crise, la personne ayant vécu une agression sexuelle a besoin d’aide et de soutien. Plusieurs réactions et conséquences peuvent survenir suite à une agression sexuelle et il existe différentes démarches pour répondre aux besoins d’une victime.
Aide médicale
Suite à une agression sexuelle, il est possible que tu aies besoin de soins médicaux afin de vérifier ton état de santé. Les centres désignés, (voir les ressources au bas de la page), souvent situés dans les hôpitaux ou les Centres de santé et de services sociaux, offrent de l’aide médicale et psychologique.

Les intervenantes du CALACS (Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel) peuvent t’accompagner et t’offrir du soutien lors de tes démarches médicales, n’hésite pas à demander leur aide.

En te présentant dans un des centres désignés moins de cinq jours après l’agression sexuelle, tu auras la possibilité de recevoir différents soins :

Un examen médical qui consiste à vérifier l’état de santé global, traiter les blessures et lésions, dépister les infections transmissibles sexuellement de même que par le sang (ITSS) et prévenir une grossesse non désirée.

Un examen médicolégal qui permet, par différents tests et prélèvements, d’amasser des éléments de preuves utiles si une plainte est déposée pour l’acte criminel subi. Cet examen permet d’obtenir des preuves biologiques, laissées par l’agresseur, comme de la salive, du sperme, du sang, etc. Les résultats de la trousse médicolégale sont conservés pendant 14 jours afin de te permettre de choisir si tu veux porter plainte ou non contre l’agresseur.

Un suivi psychosocial qui propose des ressources d’aide et de soutien pour la victime et ses proches. Plusieurs réactions et conséquences peuvent survenir à la suite d’une agression sexuelle, il est donc important de demander de l’aide si tu en sens le besoin. Plusieurs organismes offrent leurs services gratuitement et dans la confidentialité.

Centres désignés

 
TROIS-RIVIÈRES ET LES ENVIRONS
Voici les centres désignés pour les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec:

Centre hospitalier régional de Trois-Rivières
1991, boulevard du Carmel
Trois-Rivières (Québec) G8Z 3R9

Centre de santé et de services sociaux de l’Énergie
1705, avenue Georges
Shawinigan (Québec) G9N 2N1

Centre de santé et de services sociaux
du Haut-Saint-Maurice
885, boulevard Ducharme
La Tuque (Québec) G9X 3C1

Centre de santé et de services sociaux Drummond
570, rue Heriot
Drummondville (Québec) J2B 1C1

Centre de santé et de services sociaux d’Arthabaska-et-de-l’Érable
5, rue des Hospitalières
Victoriaville (Québec) G6P 6N2


 

PARTOUT AU QUÉBEC
Communique avec le CSSS ou le service de police de ta région

N’hésite pas à téléphoner :

 
TROIS-RIVIÈRES ET LES ENVIRONS
CALACS Trois-Rivières 819 373-1232
Centre de santé et de services sociaux 811
Sécurité publique de Trois-Rivières (police) 819 691-2929
Sûreté du Québec 819 379-7311
 
PARTOUT AU QUÉBEC
Regroupement des CALACS 1 877 717-5252
Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) 1 866 LE CAVAC
Sûreté du Québec 310-4141

SOURCE : Guide d’information à l’intention des victimes d’agression sexuelle,Table de concertation sur les agressions à caractère sexuel de Montréal, 2007.
Aide psychologique
Il pourrait être aidant et soutenant pour toi d’en parler à quelqu’un. Si tu souhaites briser le silence, adresse-toi à une personne en qui tu as vraiment confiance et qui pourra t’aider. Fie-toi à ton jugement. Si on ne te croit pas la première fois, ou qu’on te juge, ne te décourage surtout pas! Il y a encore certaines personnes qui ont de la difficulté à comprendre que ce genre de situations puisse arriver ou encore elles ne savent pas comment t’aider. Si cela se produit, continue à chercher quelqu’un qui te croira et qui saura t’écouter avec respect. Si tu penses que dans ton entourage, tu ne peux te tourner vers quelqu’un de confiance, il existe des ressources pour t’aider.

N’hésite pas à téléphoner :

 
TROIS-RIVIÈRES ET LES ENVIRONS
CALACS Trois-Rivières 819 373-1232
Centre de santé et de services sociaux 811
Prévention suicide 819 691-0818
Tel-Écoute 819 378-6050
 
PARTOUT AU QUÉBEC
Regroupement des CALACS 1 877 717-5252
Prévention suicide 1 866 APPELLE
CAVAC 1 866 LE CAVAC
Aide légale

Porter plainte…

Une agression sexuelle, c’est un acte criminel punissable par la loi. En tout temps, tu peux porter plainte contre ton agresseur, que les actes soient récents ou passés. Au Canada, il n’y a pas de délai maximal pour déposer une plainte pour agression sexuelle.

Le processus judiciaire comporte plusieurs étapes entre le dépôt de la plainte aux policiers et le procès de l’accusé. Si tu désires avoir des informations sur les lois et le processus judiciaire ou si tu désires être accompagnée par une intervenante pour tes démarches légales, tu peux faire appel à différents organismes.

N’hésite pas à téléphoner :

 
TROIS-RIVIÈRES ET LES ENVIRONS
CALACS Trois-Rivières 819 373-1232
Sécurité publique de Trois-Rivières (police) 819 691-2929
Sûreté du Québec 819 379-7311
CAVAC Mauricie 819 373-0337
 
PARTOUT AU QUÉBEC
Regroupement des CALACS 1 877 717-5252
CAVAC 1 866 LE CAVAC
Sûreté du Québec 310-4141

Résilier un bail…

Il est possible de faire une demande de résiliation de bail si ta sécurité ou celle de ton enfant est menacée, soit par la violence d’un conjoint (conjointe) ou ex-conjoint (ex-conjointe), soit par une agression sexuelle ou la crainte d’une agression sexuelle par n’importe quelle personne. Pour plus d’information, tu peux consulter le site de la Fédération des ressources en hébergement pour les femmes violentées et en difficulté du Québec au www.fefe.qc.ca, ou demande de l’aide à un des organismes suivants.
Réactions et conséquences
Quelques réactions possibles et normales pourraient survenir suite à une agression telles que :
  • te sentir impuissante, avoir l’impression de ne plus avoir le contrôle sur ta vie;
  • te sentir anxieuse, être agitée par le stress;
  • te sentir « paralysée » par la peur ou être hyper vigilante, ne pas vouloir rester seule;
  • vivre une grande tristesse, un sentiment de désespoir (et peut-être même avoir des idées suicidaires);
  • vivre de la colère (face à ton agresseur ou à toi-même pour ce que tu as fait ou n’as pas fait);
  • avoir l’impression que tes émotions sont « gelées » et te sentir mal dans ta peau, avoir une image négative de toi-même;
  • te sentir honteuse et coupable, avoir le sentiment d’être sale ou endommagée physiquement et en arriver à chercher une explication à ce qui s’est passé;
  • te sentir jugée et « seule au monde », croire que personne ne peut comprendre ce que tu vis; être portée à te méfier et à t’isoler des autres;
  • chercher à fuir la réalité en consommant de l’alcool, des drogues ou des médicaments;
  • vouloir minimiser la gravité de l’événement : « Ce n’est pas tellement grave ce qui m’arrive », etc.

Il est important de savoir que…

  • tu n’es pas seule à vivre une telle situation;
  • tu n’es pas responsable de ce qui s’est passé;
  • aucune raison ne peut justifier une agression;
  • même si l’agresseur est un membre de ta famille, un professionnel, une connaissance, un inconnu ou même un chum, cela ne change rien au fait qu’il s’agit d’un acte de domination et de pouvoir. L’agresseur est le seul coupable de son comportement, c’est lui qui t’a humiliée et blessée dans ton intégrité;
  • l’agression sexuelle est un crime et celui qui le commet transgresse les droits de la victime;
  • le droit de dire NON est inviolable!
Besoins
  • te retrouver dans un endroit calme et sécurisant;
  • parler, pleurer ou crier;
  • être crue lorsque tu parles de ce que tu as vécu;
  • avoir quelqu’un pour t’écouter ou t’accompagner dans tes démarches;
  • sentir que tu as le droit de garder le silence et de t’isoler;
  • te sentir libre dans tes décisions, faire toi-même les choix qui te concernent;
  • dormir et te reposer;
  • prendre soin de toi : faire des activités qui te plaisent, écouter de la musique, marcher, faire du vélo, prendre un bain, t’offrir de petites attentions (chocolat, vêtement, etc.);
  • savoir que tu peux compter sur la discrétion et la confidentialité de quelqu’un;
  • prendre congé du travail, de l’école, mais aussi des responsabilités (tâches ménagères, enfants);
  • recevoir de l’aide.

Tu es une personne importante,
rappelle-toi de
bien prendre soin de toi!


Prendre soin de soi, c’est se donner de l’affection, apprendre à s’aimer, à se respecter et à se faire plaisir.

Voici quelques suggestions pour prendre soin de toi :
  • t’offrir une sieste l’après-midi;
  • t’enrouler dans une couverture chaude et confortable;
  • prendre un bain chaud;
  • garder une lumière allumée si tu te sens mal dans le noir;
  • te permettre de ne pas rester seule lorsque tu ne te sens pas en sécurité;
  • te permettre de pleurer et de demander de l’aide;
  • écouter de la musique;
  • tout autre idée qui te ferait du bien, même si elle te semble farfelue!
Ressources (aide – soutien – information)

N’hésite pas à téléphoner :

TROIS-RIVIÈRES ET LES ENVIRONS
CALACS Trois-Rivières 819 373-1232
Centre de santé et de services sociaux 811
Sécurité publique de Trois-Rivières (police) 819 691-2929
Sûreté du Québec 819 379-7311
CAVAC Mauricie 819 373-0337
Prévention suicide 819 691-0818
Tel-Écoute 819 378-6050

PARTOUT AU QUÉBEC
Regroupement des CALACS 1 877 717-5252
CAVAC 1 866 LE CAVAC
Sûreté du Québec 310 4141
Prévention suicide 1 866 APPELLE
IVAC (Indemnisation des victimes d’actes criminels) 1 800 561-4822
Saviez-vous que
56 % des agressions ont lieu au domicile de la victime ou de l'agresseur.
CALACS Trois-Rivières
C.P. 776, Trois-Rivières
(Québec) G9A 5J9
Tél. : 819 373-1232
Téléc. : 819 373-5033

Heures d'ouverture :
8 h 00 à 12 h 00 et
13 h 00 à 16 h 30
du lundi au vendredi
Desjardins
Design Web = Egzakt Dernière mise à jour : 16 janvier 2013